×

Coupe du Monde en Suisse - L'analyse - Sprint

Retour sur les choix décisifs de cette coupe du Monde

Par Maxime Rauturier, le 14-10-2019

Il y a deux semaines, la deuxième manche de coupe du Monde de l’année avait lieu en Suisse avec pour finir un sprint dans les rues de Laufen. Si vous n'avez pas suivi les résultats et les performances des bleus, rattrapez votre retard avec le débrief.

Les liens GPS : Hommes Femmes
Les résultats : Hommes Femmes

Pour ce sprint, 40 coureurs étaient sélectionnés dans chaque catégorie en fonction de leur performance à la qualification de la veille, de leur world ranking ou de leur classement coupe du Monde. On rappelle la victoire de Tove Alexanderson chez les femmes et celle de Yannick Michels chez les hommes. Ci-dessous, vous pouvez retrouver les courbes d'évolution de la perte de temps par rapport à l’addition des meilleurs temps (Superman). Une ligne horizontale correspond au meilleur temps et plus la pente est inclinée plus le coureur a perdu du temps sur le tronçon.

Retard par rapport à Superman chez les hommes Retard par rapport à Superman chez les femmes

Ce graphique permet de mettre en relief les postes à erreurs des coureurs du top 10 : les interpostes 8-9 et 12-13 chez les hommes et 9-10, 11-12 et 12-13 chez les femmes.

Le terrain

Ce sprint nous offrait un terrain qui se rapproche des standards français avec deux parties distinctes : Un centre-ville, où se situait l’aréna, avec des passages entre les rues qui rendent la navigation plus difficile et intéressante. Une zone résidentielle entourant le centre-ville plus propice aux longs choix. Ces deux zones ont été enrichies par l’ajout de barrières artificielles pour permettre de proposer des choix plus intéressants.


Les choix

Hommes // 8-9

L’un des choix les plus intéressant pour les hommes se situait juste après le passage spectacle. Il emmenait les coureurs en-dehors du centre-ville, vers la zone résidentielle. La difficulté de la décision résidait dans la multitude d’options comme illustrée sur l’extrait gps ci-dessous. Le meilleur choix était donc l’option du nord en rejoignant la route interdite par l’une des trois rues. Une fois cet itinéraire repéré, il faut rapidement rejoindre la route et ne pas trop réfléchir car ici les options sont quasiment équivalentes.

Hommes // 8-9

Femmes // 9-10

Après un parcours similaire, les femmes étaient confrontées à un choix entre deux options : une plus longue avec moins de lecture de carte et l’autre plus technique mais plus courte. Cet interposte a laissé la place au doute pour certaines coureuses comme Alexandersson (+5s) qui part sur l’option facile et réalise en plus une erreur d'exécution.

Femmes // 9-10

Femmes // 11-12

Les coureuses enchaînaient ensuite rapidement par un long interposte 11-12 qui a fait du mal aux concurrentes pour le podium. Aebersold (+8s) fait le mauvais choix par la gauche tandis que Gemperle (+11s) et Hauswirth (+18s) font des erreurs d'exécution.

Femmes // 11-12

Ces erreurs à mi-sprint sont souvent dues à la fatigue mentale qui se fait ressentir après un début de sprint à haute intensité. L'athlète commence à négliger l’exécution sur des itinéraires à l’apparence simple au profit de la récupération mentale ou de l'anticipation d'autres choix. La vitesse élevée des coureurs ou coureuses entraîne ces erreurs lorsque l'athlète n'est plus concentré sur le moment présent.

Hommes & Femmes // 12-13

Chez les femmes comme chez les hommes, le petit interposte 12-13 a fait des dégâts, par exemple pour Fosser et Basset (+9s). Mais c’est les Tchèques Kral (+12s) et Janosikova (+18s) qui perdent le plus à ce jeu en sortant de la bataille pour le podium dans leurs catégories respectives.

Hommes & Femmes // 12-13

Ce genre de choix avec deux options à première vue équivalentes semble assez simple. Cependant, il faut prendre le temps d'estimer les distances pour ne pas s'engager sur l'option plus longue car deux options ne sont jamais vraiment égales. Ici une trentaine de mètres séparent les deux itinéraires au profit de celui de droite (dans le sens de la course).

Hommes // 14-15

Enfin c’est le second long choix qui a été déterminant pour les places sur le podium masculin. Jones (+11s) perd ici la victoire finale dès le début de l’itinéraire en ratant la rue qui menait au poste 13. Hadorn (+24s) perd lui une potentielle bataille pour le podium avec son homologue suisse Matthias Kyburz en réalisant un mauvais choix dû probablement à une erreur d’exécution ou de lecture en cours d'itinéraire.

Hommes // 14-15

Ce sprint a livré son taux de rebondissement par des choix cruciaux qui ont petit à petit éliminés les concurrents aux podiums. De nombreux coureurs ont perdu du temps sur des options droite/gauche en apparence simple. Au final, ce sprint nous montre que chaque décision est importante et qu’il ne faut jamais laisser la place au hasard.